Musique — 12 mars 2012 7 h 00 min

Lundi – Prendre corps – Arthur H & Gherasim Luca

Posted by
image_pdfimage_print

Lundi, pas de chichi.
Arthur H, ça ne s’invente pas, on devient vite accro !

Et au milieu des merveilles de son dernier album Baba Love, on découvre une vraie pépite.
L’oreille d’abord. Quelque chose se passe.
Puis les paroles. La surprise. La grammaire aux oubliettes.
Les noms remplacent les verbes. Et pourtant tout est limpide.

Une passion naissante, ardente, physique.
Tout n’est que désirs et caresses.

Exercice de style digne de Raymond Queneau et des Oulipiens, cette chanson est remarquable à tous points de vue.
A écouter, en boucle si possible.

 

 

Prendre corps

Je te narine je te chevelure
je te hanche
tu me hantes
je te poitrine je buste ta poitrine puis te visage
je te corsage
tu m’odeur tu me vertige
tu glisses
je te cuisse je te caresse
je te frissonne tu m’enjambes
tu m’insuportable
je t’amazone
je te gorge je te ventre
je te jupe
je te jarretelle je te bas je te Bach
oui je te Bach pour clavecin sein et flûte

je te tremblante
tu me séduis tu m’absorbes
je te dispute
je te risque je te grimpe
tu me frôles
je te nage
mais toi tu me tourbillonnes
tu m’effleures tu me cernes
tu me chair cuir peau et morsure
tu me slip noir
tu me ballerines rouges
et quand tu ne haut-talon pas mes sens
tu les crocodiles
tu les phoques tu les fascines
tu me couvres
je te découvre je t’invente
parfois tu te livres

tu me lèvres humides
je te délivre je te délire
tu me délires et passionnes
je t’épaule je te vertèbre je te cheville
je te cils et pupilles
et si je n’omoplate pas avant mes poumons
même à distance tu m’aisselles
je te respire
jour et nuit je te respire
je te bouche
je te palais je te dents je te griffe
je te vulve je te paupières
je te haleine je t’aine
je te sang je te cou
je te mollets je te certitude
je te joues et te veines

je te mains
je te sueur
je te langue
je te nuque
je te navigue
je t’ombre je te corps et te fantôme
je te rétine dans mon souffle
tu t’iris

je t’écris
tu me penses

In, « Paralipomènes » (La Fin du Monde)
Tableau Vettriano, « In thouhts of you »

Du même auteur ...

pixelstats trackingpixel
Pierre JacobAuteur : Pierre Jacob (70 Posts)

Et pour en avoir encore davantage : @arkult sur Twitter !

 

Répondre

— required *

— required *

Trackbacks